20 – de Manantali à Kita

20 – de Manantali à Kita

Départ vers 10 heures après un petit déjeuner œufs au plat ou en omelette selon les goûts de chacun, beurre et confiture, en attendant que l’eau qui avait fait son apparition entre 5 heures et 7 heures du matin daigne revenir, après  un appel du cuisinier à la station de pompage. Le responsable des lieux nous donne deux bouteilles, « offertes », pour faire cuire les pâtes qui serviront de base à notre déjeuner. Après un bref détour par le marché aux puces (téléphoniques de MaliTel, une pour chaque voiture au cas où) et aux fruits et légumes, puis une brève visite au barrage, nous prenons la route en direction de Tambaga que nous savons difficile sur les prochains 86 kilomètres, car subsistent seulement des tronçons de goudron sporadiques de quelques centaines de mètres, le reste en piste de latérite coupée de nombreux radiers comblés de cailloux à la mode  pré-1968 des  rues de Paris.

Notre vitesse modérée nous permet de nous arrêter un bon moment dans un des nombreux villages que nous traversons, et nous sommes gratifiés de la visite complète de son organisation, des activités de la vie de tous les jours, de la scierie, du grenier à arachides, du jardin potager, de la bananeraie, et assistons à la construction du toit en bambou  d’une nouvelle cas à laquelle Yves tente de s’exercer, sous les encouragements quelque peu moqueurs de ses camarades .

SONY DSC SONY DSC

A la fin le maître d’école se manifeste et nous demande un jumelage, que nous déclinons, et nous quittons à regret ce village Toucouleur si accueillant pour nous arrêter un peu plus loin, sous un grand arbre au milieu d’une zone récemment brulée, où des fleurs jaunes au délicat parfum de bouton d’or et de citrouille jaillissent du sol telles des joyaux dans un air de renouveau.

SONY DSC

Une salade géante de pâtes avec mayo, tomates amoureusement pelées par Jean-Claude et  Francis, et légumes variés en conserve aura raison non seulement de notre faim, mais aussi, un peu  plus tard de l’estomac de Jean-Claude, qui en profite pour finir, sec, le fond de pastis qui nous restait, à des fins, dit-il, curatives.

SONY DSC

Nous arrivons enfin à Tambaga, et nous rejoignons la belle route vers Kita, où nous nous installons en fin d’après-midi à l’Oasis La Créole (d’après le Routard le «seul» hôtel de l’endroit), dans un confort au moins égal à celui de Bakel.

Dîner de 4 poulets/frites, notre menu désormais favori, sauf  Jean-Claude et Jean -Paul, qui  se confectionnent une soupe avec un  bouillon Maggi, non sans avoir prélevé leur dîme sur les maigres cuisses des poulets qui de toute évidence devaient avoir fait beaucoup de bicyclette (bien musclé et sans un poil de gras!)

 

140204 Kita (25) (Copier)

 

 

3
Like
Save

Comments

Gleize Gérard dit :

Salut les gars,

Que de belles photos qui me rappellent de très bons souvenirs et de belles découvertes. L’Afrique semble toujours aussi accueillante et c’est tant mieux.

Je vous suis avec beaucoup d’assiduité. Bonne route et belles ballades à tous.

Gérard

Jeanine Badie dit :

C’est un régal ces photos et pour moi aussi un bon souvenir mais qui pour moi se passait en Côte d’Ivoire. Je vois que certains ont l’estomac fragile, eh oui ça commence à déborder. Pour nous ici temps plus que pourri bientôt il y aura distribution de barques à tous les habitants, mais je ne sais pas ramer!!

gleize dit :

Profitez, profitez, vous attaquez le meilleur. Oubliez ce qui vous a contrariés et délestés d’un peu de pépettes. Mais vous vous y attendiez, alors pensez au bien que vous avez fait en permettant à un “préposé” d’envoyer ses enfants à l’école. Enfin peut être !!! Bises fraiches mais ensoleillées.

colette dit :

vous arrivez bientot au but tenez bon vous garderez dans vos coeurs tous ces beaux paysages tous ces problemes rencontrés au cours du parcours cette chaleur humaine(enfants) ces odeurs et ces couleurs bonne route bisessss

Mike dit :

Superbe…..encore merci de nous faire vivre vos pérégrinations avec autant de spontanéité ….et de photos

nicole dit :

Bravo pour ces trois derniers articles, très riches, et toutes ces photos! C’est magnifique, les enfants, la vie au bord du fleuve, les troupeaux, vos négociations, les plats locaux, la construction d’un toit..!
Merci et bonne continuation sur les routes et pistes du Mali et du Burkina bientôt!

Béa dit :

Vous donnez envie à tout le monde,on va pouvoir ouvrir une agence touristique développement durable et tutti quanti.
Charte ,statuts ,compta ??????? le monde réel vous attend de pied ferme les gars!
ça va bien les vacances !!!
ça y est je vous entend râler jusqu’ici ,qu’est ce qu’elle croit :: elle exagère !!!
Alors à bientôt .RV le 11 au LB .
Bises à chacun.
La présidente .

Cécile dit :

Je vous suis aussi régulièrement. C’est très agréable! Merci! Bonne route!

michhh dit :

Trop c’est trop!
Qui a dit que l’Afrique de l’Ouest était la région de tous les dangers?
Vous nous apportez la preuve du contraire. De même que Le Point Afrique qui vient de ré-ouvrir la liaison Atar (Mauritanie) avec balades dans l’Adrar!
Encore ,encore des photos, des anecdotes et un grand bonjour aux éléphants de Nazingua.
bises

Denise dit :

Si ce n’étaient ces heures de voiture, je regretterais presque de ne pas y être !

Jeanine Badie dit :

Mais dites moi, nous n’avons plus de nouvelles de Lili peau de chien, vous l’avez noyée dans le fleuve Sénégal???

Marie-claire dit :

Bonjour,
Nous suivons votre périple avec intérêt, bravo pour les photos, et bonne route pour la suite du voyage.
Les Pelissannais.

colette dit :

faites attention lili ne sait pas nager

Comments are disabled for this post.