21 – de Kita à Bamako

21 – de Kita à Bamako

On quitta Kita pour Kati, sur la route de Bamako, à une heure raisonnable, pour une étape facile, pensait-on, Direction Bamako et un peu de confort, dans 180 km.

Arrêt de la police à un rond-point, «pour votre sécurité, pour constater que vous êtes passés ici». Certains policiers Maliens de ce rond-point sont sympas, un certain autre moins…En effet il prétend que nous l’accusons d’avoir gardé le permis de conduire de Francis et envisage de nous verbaliser quand nous lui annonçons que ce document est retourné dans la poche de son propriétaire. Richard s’oppose catégoriquement et menace de retourner sur le champs voir le commissaire. Tout fini bien !

Sur la route, à part un singe qui traverse , RAS ; euh… sauf une petite frayeur au passage d’un pont, où le 4×4 refuse de redémarrer, après un arrêt pour vérifier ce que pouvait bien vouloir dire un voyant en forme de marmite qui s’était allumé sur le tableau de bord. Il redémarre avec l’aide de la batterie de la Mercedes- et on soupçonne la batterie elle-même ou l’alternateur, mais ça peut attendre Bamako.

Arrivés à Bamako, après qu’un policier nous ait indiqué que l’hôtel Mirabeau, où nous sommes invités par Jean Tigana, se trouve encore à quelques kilomètres de l’autre coté du fleuve Niger, nous suivons le vieux GPS de JPB qui nous l’indique à quelques centaines de mètres. Le NISSAN arrive sans aucune énergie à bord, à part la nôtre: l’alternateur est HS. A peine avons-nous parlé de l’incident à Jean Pierre Massad, un Marseillais pure souche officiant dans l’hôtel, qu’un électricien automobile est déjà au travail dans la rue. Moins de 2 heures après, l’alternateur est changé (75 euros). C’est ça l’Afrique : tout s’arrange toujours, et pas besoin de rendez-vous !

Après le déjeuner de brochettes de Acheter le Kamagra Oral Jelly 100mg –… bœuf, trois d’entre nous repartent dès 4 heures pour aller voir le spectacle insolite du retour des pêcheurs de sable sur les rives du Niger au port de Kalaban Koro. Jean Pierre surveille la réparation de l’alternateur, et les autres s’accordent une sieste réparatrice.

Sachez que le sable est pêché la nuit dans le lit du fleuve à une profondeur de 3 à 10 mètres, par des plongeurs, qui le chargent dans des barges. Ces barges, propulsées et dirigées par une longue rame en bambou, sont ensuite regroupées par 10 et ramenées vers le port par une barge motorisée pour y être déchargées sur une noria de camions diesel, avec des brancards. Ce qui tombe des barges est récupéré sur la rive par des femmes dans des bassines et transporté sur leur tête pour constituer des tas individuels, fruit de leur labeur. Le sable de rivière du Niger, qui a les qualités requises  pour la construction solide (pas de coquillages comme pour le béton conchylicole), fait vivre toute une population riveraine, dont la distraction favorite est toujours de regarder les matches de football.

Après un dîner léger de soupe de légumes Maggi/salade/glaces, nous nous retirons dans nos chambres pour prendre ’un repos bien mérité, ou alimenter le blog, abandonné depuis deux jours faute de connexions internet dans nos hébergements récents. La censure se fait de plus en plus dure sur le choix des photos et des vidéos, pour éviter de fatiguer nos lecteurs !

 

Petite note sur l’état de santé de l’équipe : ça ne se voit pas sur les photos, mais nous traînons un rhume depuis une très grosse semaine. Pas très sympa dans ce genre de voyage. Il est entrain de faire le tour de l’équipe, dans l’ordre Yves, Jean Pierre, Richard, Francis. Nous ne savons pas encore pour Jean Claude et Jean Paul, l’équipage régulier de la Mercedes, qui jouit peut-être d’une certaine immunité.  A suivre…

Sur le reste, le pastis est toujours le remède souverain pour toutes sortes de maux liés à la nourriture.

3
Like
Save

Comments

Jeanine Badie dit :

Coucou l’équipe, je vois que c’est toujours un peu sport l’équipée sauvage…les voitures ont des faiblesses vous aussi heureusement que le village de Tanlili n’est plus très loin et le comité d’accueil(Français) va sans doute vous faire oublier tout ces déboires. Courage il n’y en a plus pour longtemps.

michhh dit :

Le ballet des pêcheurs de sable toujours impressionnant.Il faut savoir que non seulement ce sable sert à la construction mais cette “pêche” contribue au désensablement du fleuve.
Que les Normands prennent exemple : un peu de bonne volonté quelques pelles et le mont Saint Michel retrouvera son isolement!!!!!!
Je constate que l’état des troupes accuse le coup, il est temps de rentrer vous aurez la joie de renouer avec la pluie, la pluie et encore la pluie!
bonne fin de séjour, le village se rapproche .
PS
N’oubliez pas de sacrifier deux ou trois poulets pattes noires pour la réélection de notre amie
Bises à tous

rose giusiano dit :

Bon courage a part le petit souci des voitures qui a était vite réparer et vos petit rhume sauf les occupants de la Mercedes!!!! il aurait il des privilégiées!!! dans ce convoi !!! vous voila tout près du village ou la population se prépare a votre venu
bonne journée bon dimanche et bises a tous
ps le Pey Blanc soigne aussi les rhumes!!! Bonne route

Denise dit :

Avec Jeanine, nous sommes allées voir “Afrik’aïoli” à l’alhambra au dessus de l’Estaque, ce sont les gens d’Espigoule (tourné à Ginasservis il y a 10 ans ou plus) qui ferment le bistrot du village pour se rendre au Sénégal, et qui se trouvent confrontés aux aléas de la vie locale … et avé l’assent ! A voir même si vous l’avez vécu !

MichelD dit :

A force de partager vos chambres et vos lits vous partagez aussi vos rhumes! Voyage très convivial donc! Bravo pour les photos et vidéos.
Michel D.

Cécile dit :

C’est un régal de vous suivre! ça va nous manquer après!
Bonne arrivée! C’est bientôt!
Cécile

Marc Berté dit :

Bonjour Jean Pierre B et tes amis. Merci pour ces magnifiques photos et ces récits de vos aventures! Je suis en admiration devant votre optimisme et votre détermination! C’est un métier…!
Bonne fin de route, bonne convalescence aux malades…!
Tout plein d’amitié et à cet été
Marc

Comments are disabled for this post.